Connectez-vous
Menu

Apix : Positionner le Sénégal dans le cercle des économies performantes


L’Agence nationale en charge de la promotion de l’investissement et des grands travaux (Apix) est en train de travailler pour positionner le Sénégal dans le lot des économies performantes en Afrique et dans le monde, a déclaré son directeur général, Mountaga Sy.



"Le Sénégal, depuis quatre cycles consécutifs, fait partie des cinq meilleurs réformateurs de l’Afrique au Sud du Sahara et a gagné des points importants. Ce qui positionne notre pays comme une plateforme attractive pour l’investissement privé", a-t-il notamment dit. M. Sy s’exprimait à Saly-Portudal (Mbour, ouest), au démarrage d’un atelier de deux jours (9-10 mars) sur l’état d’avancement de la feuille de route Doing Business 2019, une rencontre à laquelle participent le secteur privé sénégalais et des contributeurs de la Banque mondiale. 
 
"La feuille de route attractivité de cette année est basée sur l’analyse des performances et faiblesses des années passées. Elle est constituée de dix-sept mesures réparties en huit mesures de réformes à gains rapides et neuf mesures de consolidation et de suivi", a expliqué le DG de l’APIX. ‘’Cette feuille de route, telle qu’elle a été indiquée’’, devrait permettre "d’impacter, pour la partie liée aux mesures à gains rapides, six indicateurs Doing Business", a souligné Mountaga Sy.
 
Selon lui, l’aspiration du Sénégal à atteindre l’émergence en 2035 est conditionnée par une relance rapide de l’économie, à travers le secteur privé, en vue d’accroître les revenus et les opportunités de création de richesses sur tout le territoire national. "Les indicateurs Doing Business portent sur l’accès au crédit, le transfert de propriété, la protection des investisseurs, l’octroi du permis de construire, le commerce transfrontalier ainsi que sur l’exécution des contrats. Tout ceci a pour objet de faciliter la façon de faire des affaires au Sénégal", a détaillé le DG de l’APIX.
 
A en croire M. Sy, des actions de suivi ont été faites avec les administrations concernées pour la bonne mise en œuvre des mesures de la feuille de route dans les délais, par la formulation des textes qui est déjà terminée. Aussi, en est-on à la phase de validation des textes par les différentes instances. "Pour les dix-sept mesures de réformes, nous sommes à un taux d’exécution de 73%. Pour cette année, au niveau de la Banque mondiale, le cycle est raccourci d’un mois. Avant, c’était du 1er juin du cycle en cours au 31 mai du cycle précédent. Maintenant, on va boucler la copie au 1er mai 2018", a indiqué M. Sy. Qui a salué l’engagement de l’administration et le suivi des hautes autorités qui, selon lui, permettront de faire boucler les mesures de validation et de promulgation des textes. 

Citant la Banque mondiale, il a estimé que les mesures qui ont été prises l’année dernière n’avaient pas affecté, de manière significative, la façon de faire des affaires au Sénégal. "Cette année, pour ces mesures, on va chercher des statistiques d’usage réelles au niveau des guichets uniques de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (ONAS), de la Sénégalaise des eaux (SDE), de la Société nationale d’exploitation des eaux du Sénégal (SONES) (...)’’. Seront aussi prises en compte, "les performances réelles enregistrées au niveau de la Société nationale d’électricité (SENELEC), à travers la fiabilité, l’accès et le coût de l’énergie électrique".
 

Vendredi 9 Mars 2018