Connectez-vous
Menu

PLACE DE LA PÊCHE DANS LE PSE : OUMAR GUÈYE REMET 875 MOTEURS


Les petits plats ont été mis, hier, dans les grands, au niveau de la localité de Joal-Fadiouth, pour réserver au ministre de la Pêche et de l'Économie maritime un accueil triomphal et coloré. En effet, comme on dit communément, le jeu en valait, au regard de l'acte posé et des perspectives alléchantes, la chandelle. Omar Guèye avait à ses côtes le ministre des Mines et de la Géologie, Mme Aïssatou Sophie Gladima Siby, et le ministre conseiller et maire de Sandiara, Dr Serigne Guèye Diop.



Le ministre de la Pêche et de l’Économie maritime, Oumar Guèye a remis, hier mardi à Joal-Fadiouth, 875 moteurs hors-bord et un important lot de matériels destinés au mareyage et à la transformation de produits halieutiques. La cérémonie, qui a eu pour cadre le quai de pêche de la ville aux coquillages, a battu les records d’affluence. Normal, quand on sait que les acteurs venus de toutes les régions côtières du Sénégal ont tenu à saluer les résultats incontestables glanés par l’État dans le cadre du programme de modernisation de la pêche artisanale. Lequel s’était fixé, dans sa première phase, comme objectif de distribuer cinq mille moteurs hors-bord évalués à cinq milliards de Fcfa. "La remise de ces moteurs hors-bord et de matériels aux acteurs participe à la modernisation des moyens de production pour les pêcheurs et à l’amélioration des conditions de travail des femmes transformatrices", a souligné Oumar Guèye. Les matériels et équipements de pêche ont coûté 140 millions de Fcfa. Les femmes transformatrices ont aussi reçu des claies de séchage modernes pour une valeur de 120 millions de Fcfa. Moteurs hors-bord, équipements et autres claies de séchage qui sont évalués au total à 1,135 milliards de Fcfa. En effet, Oumar Guèye estime que les actes qu’il venait de poser "constituent un jalon important dans la consolidation du rôle moteur que la pêche joue dans l’économie nationale".
 
La pêche contribue à près de 3,2% du PIB, constitue le premier poste des recettes d’exportations avec 244 milliards et participe à la sécurité alimentaire et nutritionnelle
 
Listant devant une assistance tout ouïe, le ministre de la Pêche et de l’Économie maritime a cru devoir rappeler que "le secteur de la pêche contribue à près de 3,2% du Produit intérieur brut (PIB) et constitue actuellement le premier poste des recettes d’exportations avec 244,16 milliards de Fcfa, soit 18,55%". Et de poursuivre son speech : "La pêche contribue aussi à la sécurité alimentaire et nutritionnelle avec une consommation de 29,9 kg par personne et par an et près de 70% de couverture des besoins en protéines d’origine animale. Après la première phase du programme de modernisation de la pêche artisanale, qui a pris fin avec la distribution des derniers 875 moteurs hors-bord, la mise en œuvre de la deuxième étape va démarrer incessamment avec la subvention de 20.000 autres moteurs. Il s’agira également de procéder à l’installation de 19 complexes frigorifiques dans les différentes régions du pays, pour un montant de dix milliards de Fcfa". D’ailleurs, a indiqué Oumar Guèye, les sites de pêche de Bassoul, Bétenty, Dionewar, Hann, Kafountine, Ndangane Sambou et de Niodior seront dotés de matériels et d’équipements composés de 648 bacs, 51 balances, 175 cagettes, 700 casiers pliables, 390 blouses de travail, 390 paires de bottes. Les acteurs de ces zones de pêche s’enrichiront aussi de 258 bassines, 566 seaux, 388 gants, 43 poubelles, 431 raclettes, 431 balaies-brosses, 1295 bacs gerbables, 752 cache-nez, 863 coffres, 392 tabliers, 13 tables de travail et de 16 autres balances. Le ministre a également laissé entendre que 300 claies de séchage de dernière génération acquis par ses services seront distribuées à Elinkine, Djifère, Cayar, Tann (Joal-Fadiouth), Kaffrine et Pencum Bada Lô.
 
Accélérer le projet de géolocalisation en cours de mise en œuvre pour apporter des solutions appropriées aux récurrents et regrettables disparitions en mer 
 
Occasion ne pouvant être plus opportune, Oumar Guèye est revenu, actualité oblige, sur la disparition de neuf (9) pêcheurs artisans depuis le 26 février dernier à Mbour : "Ce triste évènement est malheureusement le prétexte pour appeler solennellement nos pêcheurs artisans à la prudence et au respect des dispositions réglementaires en matière de sécurité en mer". Et, selon lui, "la géolocalisation dont le projet est en cours de mise en œuvre devrait permettre d’apporter des solutions appropriées face aux nombreuses disparitions de pêcheurs en mer". Le ministre de la Pêche et de l’Économie maritime de poursuivre : "À ce jour, cinquante balises offertes par l’Afrique du Sud seront bientôt installées sur des pirogues des différentes localités, afin de tester leur efficacité. Au demeurant, la sécurité est d’abord une question individuelle avant de relever de la responsabilité étatique", a insisté Oumar Guèye. Invitant les femmes et les acteurs à s’impliquer davantage à la sensibilisation "pour qu’enfin cette tendance haussière des pertes en vies humaines soit arrêtée", le ministre a martelé que "les investissements importants consentis par l’État du Sénégal pour le renforcement de la sécurité des pêcheurs risquent d’être sapés par la négligence et la témérité de certains d’entre eux". 






Dimanche 20 Mai 2018