Connectez-vous
Menu

PRÉSIDENTIELLE 2019 : COMMENT LE MINISTRE OUMAR GUÈYE COMPTE ÉTOFFER LE BILAN DE MACKY SALL


Le moins que l'on puisse dire est que les réalisations du ministre Oumar Guèye occuperont une place de choix dans l'excellent bilan que le Président Macky Sall présentera aux Sénégalais en 2019 pour solliciter leurs suffrages.



ZOOM SUR LES PERFORMANCES DES GIE DE FEMMES
 
Le ministre de la Pêche et l’Économie maritime s’est dit satisfait des performances réalisées par les GIE de femmes dans le domaine de la pisciculture, secteur qui se présente en alternative «pour booster la production halieutique au Sénégal». Omar Guèye visitait mardi la ferme piscicole de 40 cages exploitée par le GIE "Mame Fawade Wéllé" à Richard-Toll et dont la capacité de production est estimée à 56 tonnes de poissons par an, pour un chiffre d’affaires évalué à près de 84 millions de francs CFA. Selon le ministre de la Pêche, la ferme piscicole du GIE des femmes de Richard-Toll, empoisonnée en janvier dernier, grâce à un appui financier de 20 millions de francs CFA du Conseil sénégalais des chargeurs (COSEC), est désormais «prête à être récoltée». Oumar Guèye a salué «le dynamisme des femmes engagées dans les fermes piscicoles pour participer au renforcement du taux croissance économique du Sénégal et porter le pays vers l’émergence économique, perspective qui permet de générer des revenus conséquents pour les acteurs de l’aquaculture». Aux yeux du ministre de la Pêche, le secteur de l’aquaculture peut participer à la transformation structurelle de l’économie sénégalaise, dans un contexte global caractérisé par le fait que «54% de la production mondiale de poisson est tiré de l’aquaculture». Après la visite du GIE des femmes de Richard-Toll, Oumar Guèye et sa délégation se sont rendus à Podor, pour procéder au lancement de 10 fermes piscicoles de 47 cages, réparties à travers différents sites, à savoir Doué, Guia, Ndiandane, Ngaolé, Gayo, Donayé, Mboyé, Wandé, Kad et Goumbel. Les GIE "Penda Sarr Ca Ngaolé", "Jee Maayo" et "Aissatou Coumba Fall", bénéficiaires de ces fermes, ont reçu un appui financier de l’État, d’un montant de 32 millions de francs CFA. Peu avant, à leur arrivée sur place, le ministre de la Pêche et sa délégation avaient été accueillis par des animations folkloriques dans la pure tradition pulaar, sur la rive droite du fleuve séparant le Sénégal de la Mauritanie, où sont installées ces fermes piscicoles, sur le territoire départemental de Podor. À cette occasion, les femmes de la localité, bénéficiaires de ces fermes piscicoles ont promis «un soutien total» à la politique économique et sociale mise en œuvre par le gouvernement.
 
LE GOUVERNEMENT MISE SUR L’AQUACULTURE
 
Le gouvernement compte porter à 50.000 tonnes la production aquacole du Sénégal en 2023, en vue notamment de contribuer à l’autonomisation des femmes, a indiqué le ministre de la Pêche et de l’Économie maritime, Oumar Guèye. Aussi le ministère de la Pêche a-t-il entrepris d’accompagner, sur les plans financier et technique, des femmes des zones de pêche continentale, l’aquaculture étant considérée comme «un secteur essentiel dans la création de richesses en vue de l’autonomisation des femmes», a dit M. Guèye. Il s’exprimait à Gaya, au cours d’une cérémonie de remise de deux pirogues motorisées pour le démarrage de la ferme piscicole des femmes du GIE "Dann Sa Dolé" de ce village du département de Dagana. Cet appui en matériel s’ajoute à un financement de 6 millions de francs CFA reçu par les bénéficiaires, en présence de l’adjoint au gouverneur de Saint-Louis chargé du développement, Khadim Hann, du préfet de Dagana, du maire et des autorités religieuses et coutumières de Gaya. Le ministre a salué l’apport des femmes dans les activités connexes de la pêche, notamment la commercialisation, la transformation et la distribution des produits halieutiques, pour le développement économique et social du Sénégal. Selon Oumar Guèye, la Lettre de politique sectorielle de développement de la pêche et de l’aquaculture (LPSDPA), «articulée autour d’objectifs prioritaires, accorde une attention particulière au développement de l’aquaculture pour améliorer l’offre de poisson et relever le niveau d’emplois et de revenus en milieu rural». Outre la mise en service de la ferme piscicole de Gaya, dotée de 14 cages, les femmes de ce village de naissance de Seydi El Hadj Malick Sy ont également bénéficié de 2 pirogues motorisées et 20 gilets de sauvetage pour une exploitation optimale de leur ferme. La présidente du GIE "Dann Sa Dolé" de Gaya, Mariema Sow, a rappelé les «dures conditions» des femmes de la localité, dont les activités sont principalement centrées sur l’aquaculture, d’où leur satisfaction quant à l’appui que leur a apporté les pouvoirs publics.
 
2 PIROGUES ET DU MATÉRIEL À DES GIE DU GANDIOL
 
Le ministre de la Pêche et de l’Économie maritime a aussi remis deux pirogues et un lot de matériel de pêche d’une valeur de plus de 39 millions de francs CFA à deux GIE de femmes de Mboumbaye et Mouit, dans la région de Saint-Louis. La cérémonie de remise de ce matériel s’est déroulée lundi à Mboumbaye, un village de la commune de Ndiébène Gandiol, dans le cadre des initiatives du gouvernement visant notamment à appuyer les bénéficiaires dans leurs activités. Outre les deux pirogues en fibre de verre équipées de moteurs de 40 CV, le matériel remis aux deux GIE est constitué de 300 gilets de sauvetage, 200 bottes, 180 gants, 190 casiers, 150 blouses, 400 cache-nez et cheveux. Selon Oumar Guèye, le gouvernement, à travers cet appui, espère contribuer à réduire la pénibilité des travaux auxquelles s’adonnent les femmes bénéficiaires, qui s’articulent pour la plupart autour de la cueillette des huitres et autres produits de la mer. La pêche, rappelle-t-il, «contribue à près de 3,2% du PIB du Sénégal et constitue actuellement le premier poste des recettes d’exportation avec 244,16 milliards de francs CFA, soit 18,55% du total». Il y a aussi que ce secteur contribue à la sécurité alimentaire et nutritionnelle avec une consommation per capita de 29,9 kg de poisson par an et près de 70 % de couverture des besoins en protéines d’origine animale, a indiqué le ministre de la Pêche. M. Guèye a évoqué d’autres appuis du gouvernement au profit du secteur, dont le financement de 20 milliards de francs CFA accordé aux pêcheurs, consistant en une subvention d’un million de francs CFA par moteur hors-bord acquis par ces derniers, sans compter 20.000 gilets de sauvetage acquis à raison de 2500 francs CFA, au lieu de 5000 francs CFA l’unité. S’y ajoutent selon lui les quais de pêche construits dans les zones de pêche du Sénégal, ajoutés aux aires de transformations des produits halieutiques, entre autres initiatives. À cette occasion, le ministre de la Pêche et de l’Économie maritime a remis un financement de 9 neufs millions de francs CFA aux femmes de la commune de Ndiébène Gandiol, représentant un appui du Conseil des chargeurs sénégalais (COSEC) aux bénéficiaires. Selon le ministre de la pêche, après le financement de 700 millions de francs CFA dont ont bénéficié les femmes du secteur de la pêche, il est prévu que la délégation à l’entreprenariat rapide (DER) leur accorde une enveloppe d’un (milliard de francs CFA, pour des activités génératrices de revenus.



PRÉSIDENTIELLE 2019 : COMMENT LE MINISTRE OUMAR GUÈYE COMPTE ÉTOFFER LE BILAN DE MACKY SALL

Vendredi 3 Août 2018